Sáb. Mar 2nd, 2024

Image de couverture : Un hélicoptère militaire ukrainien Mi-8 tire des missiles non guidés en direction des troupes russes, dans le cadre de l’attaque russe contre l’Ukraine, dans un lieu non divulgué de l’est de l’Ukraine, le 29 septembre 2023. STAFF / REUTERS

  • Kiev a été visée, durant la nuit de vendredi à samedi, par « l’attaque de drones russes la plus massive » qu’elle ait subie depuis le début du conflit. « L’alerte aérienne a duré six heures », et « cinq personnes, dont un enfant de 11 ans, ont été blessées », a fait savoir le maire de la capitale ukrainien, Vitali Klitschko.
  • Plusieurs quartiers de la ville ont été touchés et ont subi des dégâts. Des dizaines d’immeubles et de bâtiments ont ainsi été déconnectés du réseau électrique pendant plusieurs heures à Kiev à la suite de l’attaque. Le courant est revenu dans l’ensemble de la capitale à la mi-journée, a fait savoir l’administration militaire de la ville.
  • L’armée de l’air ukrainienne a déclaré avoir détruit 71 engins sur les 75 lancés par la Russie contre l’ensemble de l’Ukraine, Kiev en ayant été la cible principale. « La défense antiaérienne a fonctionné dans au moins six régions », a-t-elle précisé en évoquant des « drones du type Shahed[-136] », des engins de fabrication iranienne fournis par Téhéran à Moscou.
  • Paris a condamné samedi « avec la plus grande fermeté » l’attaque aérienne russe, a fait savoir le ministre des affaires étrangères français.
  • « Les dirigeants russes semblent fiers de leur capacité à tuer des gens », a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, en réaction. Il a fait le lien entre la survenance de ces attaques massives dans la nuit et « la journée de commémoration du génocide de l’Holodomor », qui a eu lieu ce 25 novembre.
  • L’Ukraine a commémoré samedi la mémoire des victimes de cette grande famine qui a touché l’ancien pays soviétique en 1932 et 1933. Durant cette dernière, le pays a perdu de 4 à 8 millions d’habitants, sur fond d’une collectivisation des terres orchestrée, selon des historiens, par Staline pour réprimer toute velléité nationaliste et indépendantiste dans le pays, alors république soviétique. Dans un communiqué, Volodymyr Zelensky a déclaré qu’il est « impossible » pour les Ukrainiens de pardonner les « crimes » soviétiques.
  • L’armée russe repasse à l’offensive dans le secteur d’Avdiïvka, selon le maire de la ville. Les forces armées russes ont lancé leur troisième vague d’assauts depuis le 10 octobre dans cette ville de l’est de l’Ukraine, dont elle bombarde systématiquement le centre, a déclaré son maire, Vitalii Barabash, vendredi. Depuis plus d’un mois, cette cité industrielle presque encerclée fait face aux attaques incessantes des forces de Moscou, qui cherchent à s’en emparer depuis des années.

Vous pouvez retrouver notre live de la semaine dernière en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Récit. En Ukraine, l’inquiétante traque des « collabos »

Les faits. En Russie, sept ans de prison pour une action antiguerre dans un supermarché

Analyse. Le tournant triomphaliste de la Russie de Vladimir Poutine

Critique. « Deux fois dans le même fleuve », de Sofi Oksanen : lumière sur le viol russe en Ukraine

Chronique. Philippe Ricard : « La tentation existe au sein des Etats membres de l’Union européenne de délaisser le front israélo-palestinien pour privilégier la guerre en Ukraine »

Reportage. A Chypre, la vie de la « start-up island » bouleversée par la guerre en Ukraine

Récit. En Russie, le retour du front ukrainien des meurtriers graciés par Poutine

Chronique. Sylvie Kauffmann : « Une tempête parfaite se profile sur la guerre en Ukraine : où que l’on regarde, les tendances négatives convergent »

Les faits. A Kiev, des épouses de soldats réclament leur démobilisation après dix-huit mois de guerre

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *